Que vous soyez musicien ou DJ, l’éclairage sert avant tout à mettre en valeur et mettre en scène la musique et/ou les artistes. Si la mise en valeur n’est pas au rendez-vous, c’est tout simplement que le travail n’est pas bien fait.

Le rôle de l’éclairage, c’est aussi de créer une ambiance, révéler une émotion musicale (notamment au théâtre) et inviter à la danse (en synchro avec la musique). C’est là que se situe tout l’art et la technique du mec aux lumières, le Light Jockey.

A l’ère du numérique, les projecteurs automatisés sont contrôlés via une laison digitale nommée DMX512 (c’est à dire qui peut contrôleur 512 projecteurs traditionneles sur un univers DMX, 1 univers DMX = 512 canaux disponibles).

Commander les projecteurs en DMX (Digital Multiplexing)

Le DMX est un signal série unidirectionnel. « DMX512 » est le nom donné à la norme de transmission de données utilisée pour contrôler les canaux disponibles sur un appareil d’éclairage, depuis un contrôleur. Cette norme DMX a été créé pour véhiculer des informations à grande vitesse et peut piloter jusqu’à 512 projecteurs / 512 canaux.

Ces canaux pilotables correspondent à des paramètres tels que le PAN, le TILT, la vitesse ou encore le mode Strobe de votre éclairage en fonction des commandes disponibles.

Et pour chaque canal, on peut choisir un niveau (allant de 0 à 255) qu’on peut se représenter comme une échelle allant de 0 à 100%. Cette valeur va permettre de contrôler le canal.

——-

EXEMPLE – Le Canal Fonction d’une Lyre qui possède 13 canaux :
1 Mouvement du PAN
2 Mouvement du TILT
3 Leds Rouges
4 Leds Vertes
5 Leds Bleues
6 Leds Blanches
7 Shutter / Strobe
8ème canal DMX
9ème canal DMX
10ème etc

——-

Donc en gros, le principe est simple :
– 1 signal DMX est envoyé dans le câble
– dans lequel il y a 1 canal (la fonction vitesse d’un gobo par exemple)
– pour lequel on détermine un niveau (une valeur de 0 à 255)

=> L’ensemble compose une « trame« . Le premier signal est pour le projecteur 1, le deuxième pour le projecteur 2, etc…

Cablage DMX

Pour relier tous les projecteurs ensemble, chaque projecteur ou gradateur dispose d’une prise DMX IN et une prise DMX OUT. Pour créer son réseaux, il suffit de les relier en cascade : on rentre dans la première machine par le IN, on ressort par le OUT pour aller à la seconde machine, et ainsi de suite ! Pour simplifier le câblage et éviter les grandes longueurs, il existe des multiprises DMX (Splitter).

Le signal DMX est transmis par des câbles XLR 3 broches ou 5 broches.

XLR 3 broches XLR 5 broches

Adressage

Une fois que tout est câblé, il faut donner une adresse aux projecteurs pour qu’ils sachent quelles valeurs (de 0 à 255) ils vont recevoir. Pour économiser des canaux, on peut même mettre la même adresse à des projecteurs LED pour qu’ils réagissent de la même façon tous ensemble.

Il faut bien noter quelle adresse est assignée à chaque projecteur, sinon on se perd vite, surtout dans le cas d’installations conséquentes. Les appareils numériques ont un écran qui permet de programmer l’adresse nécessaire.

Pour adresser un éclairage, vous devez choisir le premier canal qu’il va occuper. En effet, il n’est pas nécessaire de choisir une tranche d’occupation mais simplement un point de départ. Les canaux suivants seront automatiquement occupés en fonction du nombre de canaux pilotables sur votre éclairage. Pour reprendre l’exemple de la lyre à 13 canaux : si vous l’assignez en première position, elle occupera les 13 premiers canaux de votre console. Pour adresser un autre éclairage sur votre console, vous devrez donc commencer au canal 14.

Donc si on fait un peu de mathématiques, si j’ai une trame de 512 canaux, je pourrais mettre combien de Lyre à 13 canaux ?
La réponse = 512 divisé par 13 soit 39 Lyres maximum. (et oui les maths ça peut servir)

Consoles de commandes DMX

Maintenant que vous avez compris comment fonctionne le DMX, passons aux consoles de commandes. Plusieurs choix s’offrent à vous pour piloter vos éclairages :

1. Les contrôleurs DMX
Le plus souvent, une petite console manuelle suffira. Simple c’est la solution à privilégier si vous souhaitez gérer facilement vos éclairages comme une table de mixage de 24 ou 48 canaux. Chaque fader vous permet de régler avec précision le niveau de chacun des canaux. Ce type de console est réservé aux projecteurs traditionnels voir, aux projecteurs à LED, mais on est vite limité quand on commence à avoir beaucoup de projecteurs, ou que l’on souhaite des effets rapides.

2. Les logiciels light
Livrés avec un boitier pour faire la connexion avec vos éclairages, les logiciels comme Rekordbox de Pioneer DJ sont plus complets et adaptés à des configurations plus complexes et sans cesse mis à jour pour coller avec l’actualité.

3. Une interface USB DMX
Il existent maintenant des petits boitier USB/DMX, peu onéreux et de très bonne qualité qui permettent grâce a des logiciels souvent gratuits de contrôler tout type de projecteur, de faire des mémoires, des effets, de façon simple !

Besoin de plus d’informations pour une installation, une soirée, votre configuration disco-mobile ou tout simplement pour avoir des informations sur un produit d’éclairage ? N’hésitez pas à nous contacter par téléphone au 01 81 930 900, un de nos conseillers Star’s Music vous guidera dans votre choix de matériel light, sono, dj.